rss twitter twitter rss
sircome
Site de réflexion sur la communication
sur l'environnement, le DD et la RSE
13 juin 2011

Retour à l’envoyeur... ou presque

Si la plage de Rio de Janeiro est l’une des plus belles du monde, c’est aussi l’une des plus sales. Les militants de la Surfrider Foundation locale ont décidé de ramasser les déchets et de les renvoyer par la poste ! Malin... sauf que les destinataires de ces colis piégés n’étaient sûrement pas les bonnes cibles.

« La plage de Rio de Janeiro au Brésil est réputée pour être l’une des plus belles du monde. Chaque jour ensoleillé, plusieurs milliers de personnes y viennent pour se détendre et prendre du plaisir. Mais ils y consomment beaucoup également. Durant l’été 2010, près de dix tonnes de déchets ont ainsi été abandonnés sur les plages de la ville (ce qui est suffisant pour remplir de détritus un immeuble de trente étages). Comment faire prendre conscience à toutes ces personnes de l’importance de jeter ses déchets au bon endroit ? »

Les militants de la Surfrider Foundation du Brésil ont nettoyé la plage et ont décidé d’envoyer 10 000 colis écologiques, chacun contenant un déchet et un message : « Chaque déchet jeté dans l’océan finit toujours par revenir. Aidez-nous à préserver nos mers et nos océans. www.surfrider.org ».

L’idée est séduisante mais soulève deux interrogations :

  • 10 000 colis, mêmes « écologiques », cela représente beaucoup de matières premières, d’émissions pour les fabriquer et les acheminer, de frais de ports, de temps pour emballer... Un beau gâchis, non ?
  • Les 10 000 destinataires sont issus des listes de contacts de magasins de surf et d’associations partenaires. L’association s’est trompée de cible car ces personnes sont vraisemblablement déjà sensibilisées au problème des déchets et de la propreté sur les plages. Le retour n’a pas été fait à l’envoyeur. Il aurait été plus intéressant de toucher les utilisateurs classiques de cette plage, en faisant la distribution des colis directement sur la plage ou dans les restaurants et hôtels de la ville par exemple.

Source : Osocio.

Qu’est-ce que Sircome ? | About Sircome | Contact : Mathieu JAHNICH | Informations légales | Plan du site | rss twitter twitter rss